« Cette association a pour but la valorisation des produits de la ruche et des métiers de l’apiculture. Elle repose dans sa composition et dans la représentation de ses membres sur la règle de l’égalité entre les deux collèges de la production et de la commercialisation », explique le communiqué.

Interapi représentera les intérêts de la filière apicole auprès des instances publiques et des tiers. Elle a, entre autres, pour objet « le dialogue entre les maillons de la filière, la contribution à la résolution des problèmes de production des produits de la ruche, l’amélioration de la qualité et la traçabilité des produits de la ruche, l’amélioration de la connaissance, la transparence et l’information relative aux marchés pour une juste rémunération de l’ensemble des maillons de la filière, la promotion des produits de la ruche et la conclusion d’accords interprofessionnels ».

« En construisant son interprofession, la filière apicole s’inscrit pleinement dans les travaux des États-généraux de l’alimentation et amorce l’élaboration de son plan de filière. La conclusion d’un accord interprofessionnel est une prochaine étape en vue de financer des actions qui répondent aux attentes des acteurs de la filière », ajoute le communiqué.

(1) Composition du collège de la production : ADA France (Fédération nationale des associations régionales de développement de l’apiculture), Confédération paysanne, Coordination rurale, Fedapi (Fédération des coopératives apicoles de France), FFAP (Fédération française des apiculteurs professionnels), FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), GPGR (Groupement des producteurs de gelée royale), SNA (Syndicat national d’apiculture), SPMF (Syndicat des producteurs de miel de France), Unaf (Union nationale de l’apiculture française).
Composition du collège de la commercialisation : la FCD (Fédération du commerce et de la distribution), SFM (Syndicat français des miels), SNFGMA (Syndicat national des fabricants et grossistes en matériels apicoles).