Cet événement est organisé par L’Éleveur laitier et La France agricole. Les différents jurys sont constitués d’experts et d’éleveurs.

Six Inel d’Or, quatre mentions spéciales et un prix des lecteurs ont été décernés dans huit catégories : alimentation, santé animale, machinisme, équipements d’élevage, matériel de traite, services, sociétal et prix des lecteurs.

Alimentation

Inel d’Or à Valorex pour Prodival : une nouvelle source de protéine végétale

Prodival a pour objectif d’améliorer l’autonomie protéique des élevages et de répondre aux attentes sociétales de productions locales, avec des aliments non OGM et à moindre impact environnemental. Pour limiter l’utilisation du tourteau de soja, voire de s’en passer totalement, la solution nutritionnelle combine l’utilisation de protéagineux cultivés en France (féverole, pois, lupin) avec un traitement innovant des graines, thermomécanique, avec emploi de sucres réducteurs, qui permet de fortement limiter la dégradabilité dans le rumen, tout en préservant la digestibilité intestinale des protéines. Valorex propose aux éleveurs laitiers un produit à base de féverole et de graines de lin (10 %) mais aussi une valorisation à façon des oléagineux produits sur l’exploitation et livrés à Valorex pour y subir le procédé Prodival. Les premiers essais donnent des résultats techniques (lait, taux, états) identiques ou supérieurs au tourteau de soja, sans dégrader le coût de la ration.

L’avis du jury

« Le jury a apprécié la qualité de ce dossier qui répond à une demande sociétale forte et alimente la boîte à outils pour se passer, demain, du tourteau de soja. Car le tourteau de colza ne suffira pas à servir la montée en puissance du lait sans OGM. Plus que l’extrusion et la réaction de Maillard, la nouveauté est ici la valorisation des protéagineux avec une approche scientifique qui démontre leur efficacité dans la ration des vaches laitières. La limite sera sans doute économique, avec un coût alimentaire augmenté qui doit appeler à une meilleure valorisation du lait ainsi produit. »

Santé animale

Inel d’Or à Seenergi pour GenoCellules : les CCI à partir du lait de tank

Le groupe Seenergi propose de piloter les concentrations cellulaires individuelles (CCI) des vaches à partir d’un seul échantillon du lait de tank. Cette innovation, nous la devons à la génomique. À partir du génotypage de chaque vache, on retrouve sa proportion d’ADN dans le lait de tank. Et connaissant sa part de production dans la cuve, on en déduit sa CCI. Cette technologie brevetée assure une prédiction aussi fiable que la méthode classique, mais sans besoin de prélèvements individuels. L’offre de Seenergi, appelée GénoCellules, est de 24 analyses par an espacées selon le choix de l’éleveur. Par exemple, si son résultat interprofessionnel l’alerte de quelque chose, il pourra réagir vite en envoyant un échantillon de lait de tank par La Poste. Il doit informer le laboratoire, via une plateforme web, de la quantité de lait dans le tank, du nombre de vaches et de celles qui n’ont pas été traites. Il faut renseigner aussi les productions individuelles. Cela se fera à partir des résultats réels des compteurs ou par une estimation, proposée en fonction du stade et du rang de lactation. Le préalable reste bien sûr le génotypage de toutes les vaches. Ce monitoring plus fréquent des cellules permettra à l’éleveur de mieux utiliser, voire valoriser ce critère sanitaire.

L’avis du jury

« Nous avons voulu primer une innovation : la possibilité pour un éleveur de contrôler la numération cellulaire de chacune de ses vaches, quand il le désire, par le simple envoi d’un échantillon de lait de tank. Cela permet d’intervenir plus précocement sur les vaches à cellules. La méthode paraît d’une bonne précision. Certes, elle impose le génotypage de toutes les vaches, mais cette connaissance servira aussi à mieux orienter la génétique du troupeau. Nous pensons aussi aux éleveurs robotisés pour lesquels le prélèvement d’échantillons individuels reste assez compliqué. »

Machinisme

Inel d’Or à Joskin pour la Gamme Basique, un outil d’épandage

Penditwist Basic est une rampe à pendillards adaptée à la fertilisation des cultures, et Pendislide Basic, une rampe à patins destinée à la fertilisation des prairies. Elles ont été conçues pour des tonnes de petite capacité : chaque modèle est disponible en deux largeurs de travail : 6 m (24 sorties) ou 7,50 m (30 sorties). Elles n’exigent pas la présence d’un relevage et se distinguent par la facilité de montage : la fixation se réalise sur le trou d’homme (diamètre 600) et en boulonnant deux bras de maintien directement sur le châssis de la tonne. Cela peut se réaliser sur les tonnes existantes sans rajouter d’équipement intermédiaire. Chacune des rampes est équipée d’un répartiteur vertical permettant d’homogénéiser la répartition du lisier, d’un repliage hydraulique, du système anti-gouttes et d’une vanne de régulation manuelle permettant le dosage.

L’avis du jury

« Nous avons voulu primer un équipement qui peut donner une seconde jeunesse aux tonnes à lisier en service. Notamment en anticipant sur une possible évolution de la réglementation qui pourrait interdire l’épandage par (éparpilleur) (ou « buse-palette »). L’outil donne accès à une bonne qualité d’épandage, donc une meilleure valorisation des effluents aux propriétaires de tonnes à lisier ne disposant pas d’un relevage arrière. Le système de fixation paraît astucieux, mais nous ne nous prononçons pas sur sa solidité dans le temps. »

Machinisme

Mention spéciale à Emily pour Mix&Go, une trémie mélangeuse simple

Cette trémie mélangeuse distributrice d’aliments secs fonctionne avec un seul double effet hydraulique et sans trappe de distribution. Elle s’adapte au pique-bottes Pick § Go, attelé à l’engin porteur qui permet de l’accrocher sans descendre de la cabine. Ce pique-bottes possède un engrenage entraîné par un moteur hydraulique, qui en entraîne un second fixé sur la trémie pour la rotation dans le mélangeur. La caisse de la trémie est séparée en deux compartiments. Le premier contient les spires du mélangeur, le second est composé d’une roue à aubes qui sert à vidanger la trémie en poussant le mélange vers la goulotte latérale. Pendant toute la durée du mélange, l’aliment est maintenu dans le premier compartiment. La distribution se fait par inversion du sens de rotation du mélangeur qui fait passer l’aliment dans le compartiment de vidange. Ce système permet de créer une trémie compacte et maniable qui serait proposée à un prix 20 % inférieur aux outils existants.

L’avis du jury

« Nous avons voulu signaler un outil simple de fonctionnement et pratique, qui pourra séduire les éleveurs en système foin ou herbe. C’est une déclinaison du Pick § Go, qui permet un attelage très rapide de la trémie, sans aucun flexible à brancher et sans descendre du tracteur ou du télescopique. La conception est astucieuse pour réussir à mélanger et distribuer avec un seul double effet hydraulique. Nous prenons acte que le prix devrait être attractif. »

Équipements d’élevage

Inel d’Or à DeLaval pour OptiDuo : le robot repousseur mélangeur

Le robot OptiDuo de DeLavaL ne fait pas que repousser la ration à l’auge, il la mélange en la déplaçant sur la droite grâce à sa double spire. L’aération du fourrage ainsi réalisée lui redonne de l’appétence et de la fraîcheur, ce qui favorise l’ingestion. Le nombre de passages est déterminé par l’éleveur grâce à un clavier de programmation. Le robot peut rapprocher la ration jusqu’à 2,15 mètres de la table d’alimentation. L’ajout d’un concentré ou de minéraux est possible grâce à un distributeur intégré d’une capacité de 90 litres. L’OptiDuo est piloté par une ligne à induction (câble de 10 mm dans le sol) et une antenne. DeLaval affirme que ce robot a été testé pour repositionner de grands volumes d’aliments tel que l’affouragement en vert ou des rations 100 % foin.

L’avis du jury

« Un robot qui, à la fois, pousse et mélange la ration dans l’auge est une innovation. En rafraîchissant ainsi la ration, elle retrouve de l’appétence. Car les vaches, tout au long de la journée, trient énormément les particules plus grossières dans la ration mélangée. La possibilité de rajouter un peu de concentrés est aussi une option intéressante pour attirer les vaches à l’auge. »

Équipements d’élevage

Mention spéciale à Bioret Agri pour Aquaclim : le tapis thermodynamique

Il s’agit d’un matelas à eau climatisant, qui permet de lutter contre le stress thermique des animaux et de récolter l’énergie corporelle dégagée. Un réseau de canaux, à l’intérieur de la poche d’eau des matelas, rafraîchit la vache couchée dans sa logette. Ce réseau de quatre canules de 45 mm de diamètre traverse toutes les poches d’eau (matelas) de la travée de logettes. Cette eau arrive à un échangeur thermique (type chauffe-eau solaire) où un autre fluide caloporteur est chauffé et amené à une pompe à chaleur. L’eau chaude produite est stockée dans un ballon ou utilisée en direct selon les cas. L’AquaClim rafraîchit l’animal, ce qui réduit le stress thermique de 2 à 6,5 points de THI, selon les conditions climatiques dans le bâtiment.

L’avis du jury

« Ce matelas répond au confort des animaux et surtout au stress thermique des vaches laitières. Une contrainte zootechnique qui prend de l’importance avec des périodes de canicules estivales de plus en plus fréquentes et longues. Nous avons voulu signaler aussi l’innovation que représente la récupération de la chaleur corporelle pour produire de l’énergie. Mais le jury ne se prononce pas sur la longévité de ces tapis ni sur leur coût. »

Matériel de traite

Inel d’Or à Fullwood Packo pour Product Ice Bank/Enerfox : du photovoltaïque connecté au tank

Les tanks à refroidissement par eau glacée de Fullwood Packo peuvent être alimentés par de l’énergie photovoltaïque. Couplés à une banque de glace, ils permettent un stockage intelligent de cette énergie. En cas d’ensoleillement insuffisant, cette réserve de glace peut être reconstituée pendant les heures creuses du réseau, évitant les pics de consommation électrique. Dans ce concept, le tank à eau glacée est couplé à des panneaux photovoltaïques et à une box (Enerfox) de gestion de l’énergie. Ainsi la consommation électrique du tank peut être divisée par quatre en été et à minima par deux en moyenne sur l’année. Soit une économie de 20 % de la facture d’électricité sur l’ensemble de l’exploitation.

L’avis du jury

« Le refroidissement du lait par eau glacée n’est pas une nouveauté. Nous avons voulu primer ici la possibilité d’autoconsommer l’énergie photovoltaïque sur cette catégorie de tank, et surtout ce boîtier qui permet de basculer sur le réseau pendant les heures creuses, quand la production d’énergie renouvelable est insuffisante. Cette meilleure autonomie énergétique qui permet à l’éleveur de consommer directement l’énergie qu’il produit nous apparaît vertueuse. »

Services

Inel d’Or à GDS Bretagne pour Bovi’Moov : identifier ce qui ne va pas dans le bâtiment

Bovi’Moov permet d’identifier dans un bâtiment des zones à réaménager. Le procédé est particulièrement adapté aux stabulations équipées d’un robot de traite afin d’améliorer sa fréquentation. Il s’appuie sur l’analyse comportementale des animaux. Les zones de la stabulation à expertiser sont équipées de caméras à infrarouges et de récepteurs qui communiquent avec des colliers émetteurs, portés par une sélection de vaches dont les comportements peuvent avoir un impact sur la circulation. Le collier est un dispositif d’enregistrement de l’activité de l’animal. Les images et les données des colliers sont ensuite traitées de façon synchronisée. Le logiciel fournit directement à l’utilisateur les séquences vidéos dans lesquelles le comportement d’un l’animal aura été détecté comme anormal par l’algorithme. Ce comportement est révélateur d’une anomalie liée à un équipement ou une zone de circulation qu’il faudra corriger.

L’avis du jury

« L’observation des animaux par des caméras se développe pour analyser leur comportement et le confort des bâtiments. Ici, la connexion des caméras à des colliers d’enregistrement de l’activité des animaux est une innovation. Cet outil sera très utile aux éleveurs et aux conseillers en bâtiments pour résoudre des défauts de circulation ou identifier des zones d’inconfort. Mais nous souhaitons vivement que Bovi’Moov dépasse les frontières de la Bretagne. »

Services

Mention spéciale à Nolivade pour Noliscore : une application pour un suivi des boiteries

Noliscore est une application gratuite pour smartphones et tablettes destinées au suivi des boiteries et de l’efficacité des flores barrières en élevage. Elle permet à l’éleveur d’identifier l’origine prédominante des boiteries dans son troupeau et les bonnes pratiques à mettre en place avant de valider la pertinence de la mise en place d’une flore barrière. Noliscore transforme les données de notation, réalisées par l’éleveur, en graphiques visuels et indicateurs simples permettant un suivi facile de l’évolution des boiteries. Il permet aussi d’identifier les facteurs de risque et d’analyser l’efficacité de la solution utilisée. L’application est conçue pour que l’éleveur puisse être accompagné par son partenaire technique.

L’avis du jury

« Les boiteries d’origine infectieuse sont un véritable fléau en élevage laitier. Nous avons voulu signaler cet outil gratuit qui permet à l’éleveur de conduire un suivi dans son troupeau. Il pourra constater l’évolution des boiteries et la pertinence des solutions mises en place. Les codes visuels et les graphiques sont d’une lecture facile. Bien sûr, l’application peut conduire à une proposition commerciale pour utiliser une flore barrière, mais l’éleveur reste libre de l’accepter ou pas. »

Sociétal

Mention spéciale à Medria pour le service de monitoring en continu TimeLive

TimeLive est un service de monitoring en continu du bien-être des bovins via la mesure fine de l’emploi du temps de chaque individu muni d’un collier avec accéléromètre.

La mesure du bien-être en élevage est devenue en quelque temps une attente sociétale majeure. Bon nombre de diagnostics existent mais ces derniers sont bien souvent ponctuels et réalisés à fréquence annuelle dans le meilleur des cas. L’audit ponctuel permet de déceler des dysfonctionnements mais rarement d’en établir la cause pour y remédier!

Voici l’avis du jury

C’est un outil ergonomique de suivi du troupeau, permettant de mettre en évidence des troubles de l’emploi du temps d’un individu ou d’un groupe d’animaux et de mettre en place des mesures curatives.

Cette innovation permettra à l’éleveur de diminuer les pathologies (boiteries, défaut de confort, de conduite…) et donc le recours aux antibiotiques. Elle contribue ainsi aux objectifs du plan Ecoantibio2.

Prix des lecteurs

Inel des lecteurs à Lely pour Discovery 120 Collector, le robot racleur pour sols pleins

Le robot racleur Lely Discovery 120 Collector ne pousse pas le lisier, il l’aspire. Autre innovation, avec ses deux buses, il peut arroser le sol, à l’avant et à l’arrière de la machine, pour un nettoyage encore plus performant pendant les périodes chaudes ou dans les zones séchantes du bâtiment. Cet arrosage prévient aussi la formation d’une croute sur le sol qui devient souvent glissante pour les animaux. Lely met en avant l’économie de la construction de marches destinées à diriger les racleurs traditionnels dans le bâtiment. Le Discovery 120 Collector se compose de quatre éléments : le racleur, la station de vidange, la station de recharge d’électricité et la station de recharge en eau avec sa réserve de 80 litres. La collecte du lisier se fait dans une réserve. L’aspiration de l’air par une pompe à membrane provoque une dépression dans la réserve et entraîne l’aspiration du lisier au niveau de la bouche de raclage. Quand le robot a terminé son circuit dans le bâtiment, il se dirige au-dessus de la station de vidange. Le robot est capable de vidanger à trois endroits. Le Discovery 120 Collector utilise plusieurs capteurs pour se repérer dans l’espace : deux ultrasons pour repérer le mur, un gyroscope pour son orientation, des encodeurs pour connaître la distance parcourue et un ordinateur de bord pour se localiser dans le bâtiment. Il mesure 1,40 m de longueur, 1,20 m de largeur et 0,60 cm de hauteur. Son poids est de 385 kg et il possède une réserve de lisier d’une capacité de 340 litres. Il est capable de nettoyer seul un bâtiment de 500 m², soit environ 100 vaches.