Sur les images mises en ligne par Le Courrier picard, on voit un tracteur déverser du lait, qui finit par recouvrir la chaussée. Vendredi soir, l’interprofession laitière et les éleveurs touchés par l’incendie de l’usine Lubrizol avaient fait part de leur incompréhension de ne pouvoir reprendre sur-le-champ la collecte de lait, alors que les analyses sont conformes à la réglementation.

Incompréhension

« On ne comprend pas pourquoi l’Anses ne donne toujours pas son avis » sur la reprise de la commercialisation des produits consignés, a réagi auprès Françoise Crété, éleveuse laitière et ex-présidente de la FDSEA de la Somme, présente lors de l’action non déclarée en préfecture. « Les ministres disent qu’on va être indemnisé, mais pour l’instant, les agriculteurs ne touchent rien », relève le président des JA de la Somme, Édouard Brunet.

Selon les deux syndicats, une cinquantaine d’éleveurs laitiers, sur les 39 communes du département sous le coup d’un arrêté préfectoral limitant les activités agricoles, sont concernés. La préfète de la Somme a affirmé dans un communiqué « entendre et comprendre la colère et les demandes des exploitants agricoles » et assuré avoir « obtenu que l’Anses se réunisse (ce samedi) pour voir comment répondre au plus vite à la détresse des agriculteurs ».

AFP