Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Tête haute face aux ultras de l’anti-élevage

 - -->
Crèche. La famille Thévenin a réinstallé une crèche devant sa maison pour ce Noël 2017. © Claudius Thiriet

Il y a un an, Lionel et Stéphanie Thévenin ont été agressés pour un veau au milieu d’un décor de Noël. Parce que c’est l’image de leur métier qui a été salie, ils ont décidé de montrer qu’ils restent fiers d’être éleveurs.

Le 28 décembre 2016, Lionel Thévenin et son épouse Stéphanie, éleveurs laitiers à Mangiennes, dans la Meuse, se sont fait prendre à partie par un groupe anti-viande venu de Metz. Leur « crime » : avoir installé une crèche devant leur maison d’habitation, avec une niche à veau où était installée une petite génisse. Le groupuscule se réclamant de 269 Life France (1) les a insultés avec des termes extrêmement violents comme « collabos », « pédophiles », « assassins », « vous faites violer vos vaches par les inséminateurs ».

« Ce qui a été le plus pénible, ce sont ces paroles devant nos deux enfants, Émilien, alors âgé de 12 ans, et Laurine, 9 ans, se remémore le couple, onze mois après cet événement qui l’a fortement choqué. Que notre métier soit sali devant eux, ça a été vraiment difficile. » Les éleveurs ont porté plainte auprès de la gendarmerie mais celle-ci est restée sans suite.

« Ces personnes peuvent penser ce qu’elles veulent. C’est leur droit, poursuit l’agriculteur. Mais leurs agressions verbales sont insupportables. Elles nous ont pris de haut, ne connaissant absolument pas l’agriculture. Elles pensaient que nous ne nourrissions pas le veau ! Je leur ai proposé de visiter l’exploitation mais elles ont refusé. »

« Notre métier mérite le respect »

Les Thévenin ont reçu un soutien moral de leur famille, voisins et collègues, tous consternés par cette intrusion. Celle-ci a fait l’objet d’articles dans la presse agricole départementale, dans deux quotidiens locaux, et même dans un journal en Belgique. Faisant suite à la parution de l’article dans La France Agricole, un ancien agriculteur du Sud-Ouest les a contactés par téléphone pour leur dire sa solidarité.

« La montée en puissance des lobbies anti-viande nous a surpris et pris de court, nous, les éleveurs, analyse Lionel Thévenin. Les images filmées dans certains élevages et surtout dans des abattoirs sont dures et contribuent à une mauvaise image de la filière. Après notre agression, nous avons davantage suivi l’actualité pour essayer de comprendre. Mais ces activistes restent bloqués sur leur position, qu’ils pensent la seule valable. »

Après en avoir longuement discuté en famille, les Thévenin ont réinstallé une crèche devant leur maison d’habitation pour ce Noël 2017. « Émilien a des idées nouvelles tous les ans pour l’agrémenter. Et pour nous, il s’agit de montrer que notre métier mérite le respect. »

Dominique Péronne

(1) 269 Life France est une association qui prône le véganisme, un mode de consommation où tout produit d’origine animale est exclu.

Le jour où…

Lionel Thévenin a témoigné de ce mauvais conte de Noël dans La France agricole du 10 février 2017, page 85. Il expliquait comment son épouse, Stéphanie, et lui-même avaient été bouleversés par cette histoire et ces accusations, mais également soutenus par des gens du village.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Cet article est paru dans La France Agricole

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Déguster et améliorer son vin 

39€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER