L'association des petits producteurs d'huile de palme de Malaisie (NASH) a écrit à la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, en visite à Kuala Lumpur, pour se plaindre de ce qu'elle estime être une campagne de « dénigrement » de l'huile de palme en France.

« Nous vous demandons de vous associer à notre appel demandant aux grands groupes français (Casino, Système U, Findus, Lesieur et Jacquet) d'arrêter de mettre en cause l'huile de palme », à travers notamment des publicités vantant les produits sans huile de palme, écrivent les producteurs à Mme Bricq.

La Malaisie est le deuxième producteur mondial d'huile de palme, derrière l'Indonésie où la ministre s'est également rendue, mardi et mercredi.

« Vous serez attentive au fait que la Malaisie a commandé un grand nombre d'Airbus, ce qui est de nature à soutenir l'emploi et l'investissement en France », ajoute la NASH dans un courrier daté de mercredi.

Pour les petits producteurs d'huile de palme, la « campagne de dénigrement » dont est victime cette production en France est vécue comme une « menace ». « Nous vous demandons donc de vous engager à ne pas mettre en place des politiques (taxes ou dispositions réglementaires) qui discriminent l'huile de palme ».

Nicole Bricq « comprend l'émotion des planteurs et que ce sujet va bien au-delà d'un sujet commercial puisqu'il s'agit de tout un pan de l'économie malaisienne », explique-t-on dans l'entourage de la ministre, à la sortie d'un entretien avec le ministre malaisien du Commerce international et de l'Industrie, Mustapa Mohamed. Elle lui a assuré que le sujet était suivi par les autorités françaises et qu'elle en parlerait directement au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui devrait se rendre prochainement dans la région, a-t-on ajouté.

Un débat a agité la France, à l'automne dernier, quand il avait été envisagé au Parlement d'augmenter de 300 % la taxe sur l'huile de palme, amendement par la suite repoussé.

La NASH regroupe 300.000 petits producteurs d'huile de palme de Malaisie.