La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a repoussé, mercredi, un amendement présenté par les écologistes visant à augmenter de 300 % la taxe sur l'huile de palme, ingrédient entrant notamment dans la composition de la pâte à tartiner Nutella.

Défendu par Jean-Louis Roumegas (EELV), cet amendement dit « Nutella », initialement adopté par la commission des affaires sociales du Sénat, a été rejeté lors de la nouvelle lecture en commission du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, a-t-on appris de source parlementaire.

Comme le Sénat a rejeté, jeudi dernier, le projet de budget de la Sécu 2013, cet amendement était nul et non avenu, jusqu'à ce qu'un député le reprenne à son compte lors du réexamen du PLFSS à l'Assemblée nationale.

Le rapporteur Gérard Bapt (PS) a expliqué, devant la commission, qu'il était préférable d'attendre un futur projet de loi de santé publique pour traiter des lipides de manière générale, selon la même source.

Le Sénat a lancé un débat sur la dangerosité éventuelle de l'huile de palme en adoptant, en commission, un amendement du socialiste Yves Daudigny qui prévoyait d'augmenter de 300 % la taxe sur cet ingrédient, très utilisé dans l'industrie agroalimentaire et accusé d'avoir des effets nocifs sur la santé et l'environnement.

L'amendement créait une contribution additionnelle de 300 euros la tonne à la taxe spéciale prévue sur les huiles de palme, de palmiste et de coprah destinées à l'alimentation humaine et qui sont accusées de favoriser l'obésité et la déforestation. Cela aurait rapporté de l'ordre de 40 millions d'euros. La taxe actuelle sur ces produits s'élève à 98,74 euros pour une tonne d'huile de palme et à 107,8 euros pour une tonne d'huile de coprah ou de palmiste.

L'initiative, baptisée aussi taxe « Nutella » (du nom de la célèbre pâte à tartiner au chocolat), a ému jusqu'au Nigeria où des économistes ont dénoncé cette attaque contre « les petits producteurs africains » et en Malaisie, où le Conseil malaisien de l'huile de palme a appelé le gouvernement français à rejeter « une agression sans fondement » menaçant la survie de « petits paysans ».

Le groupe italien Ferrero, qui fabrique la pâte à tartiner Nutella, s'est offert, vendredi dernier, deux pleines pages dans de nombreux quotidiens français, martelant que « l'huile de palme n'est pas dangereuse pour la santé ».

Lire également :