Les objets connectés (IoT) gagnent peu à peu l’agriculture et offrent de nouvelles perspectives pour le pilotage des exploitations agricoles. Afin de réaliser un premier état des lieux sur les IoT agricoles, l’Afia (Association francophone d’informatique en agriculture), le réseau Numérique & Agriculture de l’Acta et les instituts techniques agricoles ont organisé une conférence le 28 avril dernier sur la DigiFerme de Boigneville. L’occasion pour la centaine de participants de découvrir certaines actions concrètes de la DigiFerme beauceronne avec des évaluations de plusieurs matériels en conditions réelles.

Les stations météo connectées en vedette

L’un des grands chantiers d’évaluation du site de Boigneville est celui des stations météo connectées. Meteus d’Isagri, Sencrop, Weenat… les différentes solutions sont implantées au bord d’une parcelle, à côté d’une station Météo-France. Mais attention, il ne s’agit pas de comparer les prestations de stations entre-elles. L’objectif de la DigiFerme est d’évaluer chaque station pour déterminer si elle présente un intérêt pour l’agriculteur. Arvalis teste aussi le piquet moniteur de culture Field Sensor de Bosch Hi-phen. Equipé de trois composants (capteur de végétation, station météo et station au sol), ce piquet connecté est capable de proposer des cartes de préconisations précises lorsqu’il est combiné à des données satellites.

© C. Le Gall/GFA

Le robot en vedette

Le clou de la visite était la démonstration en conditions réelles du robot de désherbage EcoRobotix. Sa caméra placée à l’avant repère les adventices et le rang de culture. Ses deux bras se chargent ensuite de pulvériser les mauvaises herbes avec une microdose de produit. Ce robot est capable de traiter les adventices qui se trouvent sur le rang et sur l’interrang. Pour le moment, il est conçu pour travailler sur betterave, colza et prairie pour la destruction des rumex.

C. Le Gall