Le Forum international de la robotique agricole, qui s’est tenu les 18 et 19 novembre à Toulouse sous l’égide de Naïo Technologies, a mis en lumière la problématique de l’assurance des engins sans chauffeur. Questionné à ce sujet, Guillaume Suc, de Groupama, a expliqué que des études sont en cours pour adapter les polices d’assurance.

« Pour le moment, les robots sont assurés selon les mêmes termes que le même engin avec pilote, précise l’assureur. Nous avons déjà de l’expérience avec les robots d’élevage comme les repousse-fourrage. Mais nous sommes en train d’étudier différents scénarios pour proposer des polices spécifiques. Par exemple, un robot ne pourra pas commettre d’erreur d’appréciation comme un humain, ce qui nous intéresse. Mais dans le même temps, si quelque chose se passe mal, il ne sera pas en mesure de rectifier le tir comme pourrait le faire un chauffeur. Ce sont tous ces paramètres qu’il faut prendre en compte. »

Des travaux sur le drone

Groupama compte aussi tirer profit de son expérience dans l’assurance du drone. En effet, il travaille depuis quelques mois avec Airinov pour proposer une assurance couvrant à la fois les dommages éventuels causés par le drone et les dégradations subies par l’appareil. Des démarches similaires avec les constructeurs vont être entreprises sur les robots.

C. Le Gall