La raison : selon le calcul du ministère de l’Agriculture, la Région avait retourné plus de 5 % de prairies permanentes. L’annulation des surfaces bio dans le calcul en janvier avait déjà ramené le dépassement de 6,62 à 5,9 %. Ce n’était pas suffisant, la FRSEA, les FDSEA et JA avaient continué à mettre en avant les incohérences entre les années, dans les surfaces agricoles qui ont servi au calcul.

À l’issue de sa visite dans le Pas-de-Calais, le 9 mars, le ministre de l’Agriculture a ramené ce ratio à 4,1 %, donc sous la fameuse barre des 5 %. Les responsables syndicaux attendent maintenant la publication d’un nouvel arrêté ministériel. Mais si l’obligation de réimplanter disparaît, le retournement des prairies doit désormais faire l’objet d’une autorisation, puisque le ratio reste comme en Normandie supérieur à 2,5 %.

B.C.