Les services du secrétaire américain à l’Agriculture (USDA), Sonny Perdue, ont expliqué que ce montant correspondait à l’estimation des dommages causés par les « rétorsions injustifiés sur les produits agricoles américains ». En juillet 2018, ce ministère avait déjà débloqué une aide de 12 milliards de dollars pour les mêmes raisons.

Une aide immédiate

Les 16 milliards de dollars apportent une aide immédiate pendant que « le président Trump s’emploie à éliminer les obstacles à l’accès aux marchés qui sont en place depuis longtemps » et à négocier des accords bilatéraux, a expliqué le département de l’Agriculture dans un communiqué.

« Le président Trump a une grande affection pour les agriculteurs et les éleveurs américains, et il sait que ceux-ci subissent le plus lourd tribut de ces conflits commerciaux, a commenté Sonny Perdue, cité dans le communiqué. La Chine ne respecte pas les règles depuis longtemps. […] Les États-Unis ne toléreront plus ses pratiques commerciales déloyales. »

Remercier « l’enthousiasme et le patriotisme » des farmers

Sonny Perdue a aussi souligné qu’avec cette aide d’urgence, l’administration Trump entendait remercier « l’enthousiasme et le patriotisme » des agriculteurs. Selon le ministère, les représailles chinoises ont affecté de nombreux produits : le soja, le maïs, le blé, le coton, le riz et le sorgho, le lait, le porc ainsi que de nombreux fruits, noix et autres cultures.

Les exportations de soja vers la Chine se sont effondrées l’an passé, atteignant 3,1 milliards de dollars contre 12,3 milliards en 2017. « Les exportations de marchandises américaines vers la Chine sont ralenties par des procédures d’entrée inhabituellement strictes ou fastidieuses, qui affectent la qualité et la qualité marchande des cultures périssables », a expliqué l’administration.

Sur les 16 milliards de dollars, 14,5 milliards seront payés directement aux producteurs, 1,4 milliard sera versé dans le cadre du programme d’achat et de distribution alimentaire et 100 millions seront débloqués dans le cadre du programme de promotion du commerce agricole.

AFP