Pékin cherche à alléger la pression sur les industriels et professionnels chinois, ceux-ci se plaignant régulièrement des surcoûts induits par les droits de douane punitifs sur leurs importations de biens américains. Les exemptions seront effectives du 17 septembre 2019 au 16 septembre 2020.

16 catégories de produits

Ces exemptions vont des produits phytosanitaires aux lubrifiants, en passant par certains produits pharmaceutiques et la nourriture pour poissons, a annoncé la Commission des droits de douane du gouvernement chinois. La liste annoncée mercredi est la première à être publiée depuis l’application l’an passé de surtaxes de 25 % sur une série de produits américains.

Parmi les 16 catégories de produits concernés figurent également des biens plus confidentiels ou techniques, comme les granulés de luzerne, les accélérateurs linéaires (utilisés en médecine) ou encore les graisses (employées en mécanique). La mesure peut être interprétée comme un léger signe de détente en direction du président américain Donald Trump.

Le soja et la viande porcine toujours pénalisés

Il reste que des droits de douane punitifs continueront de s’appliquer sur les principaux produits agricoles « made in USA », dont le soja et la viande de porc. Malgré les tensions, la Chine et les États-Unis assurent maintenir le dialogue. Des négociateurs des deux pays doivent ainsi se retrouver au début d’octobre à Washington pour des négociations de haut niveau.

Les deux pays étaient sur le point de signer un accord commercial au début de mai quand les discussions se sont brutalement arrêtées, l’administration Trump accusant Pékin d’être revenu sur ses engagements. Les tensions ont depuis redoublé d’intensité avec l’entrée en vigueur de droits de douane réciproques renforcés par vagues successives, dont la dernière le 1er septembre.

Pékin a jusqu’ici essayé d’appuyer là où ça fait mal, en visant les produits agricoles et manufacturés des États ayant voté pour Donald Trump. Avec la perspective des nouveaux droits de douane, la Chine ne devrait pas se précipiter pour lever ses surtaxes sur le soja, le porc et les automobiles américaines. Elle a toutefois précisé mercredi que d’autres listes de produits bénéficiant d’exemptions pourraient être annoncées « en temps voulu ».

Un geste de plus

Comme dernier signe de sa bonne volonté, la Chine a annoncé ce 12 septembre qu’elle envisage d’acheter davantage de produits agricoles américains. « Les entreprises chinoises ont commencé à s’informer », a assuré lors d’une conférence de presse le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng. Et de préciser que les produits en question comprenaient notamment le porc et le soja.

AFP