L’Association des maires ruraux de France et l’Association des petites villes de France encouragent les élus à organiser des journées « Mairies ouvertes » pour écouter et retranscrire les doléances et propositions de leurs concitoyens, « sans prendre parti, sans juger, sans contredire ». Les réponses pourraient être consolidées au niveau départemental par l’Association des maires ruraux, puis diffusées « au Gouvernement, au Parlement et aux médias ».

Le maire, interlocuteur de confiance

« Dans ce contexte de défiance généralisée, le.la maire et l’institution municipale reste encore un vecteur de transmission, de représentation, et d’interface possible entre les citoyens, le gouvernement et son administration d’État, ainsi que le Parlement. Un maire est sans arrêt un passeur auprès de ses administrés », souligne l’AMRF dans un communiqué. Une façon de montrer au gouvernement que la « commune est utile », alors que les maires ruraux se battent pour davantage de reconnaissance et de pouvoir.

S.B.