Elle s’est déroulée à l’issue d’une réunion de travail qui a rassemblé les acteurs des filières des palmipèdes et des volailles, les syndicats agricoles, les collectivités, les établissements bancaires et les services de l’État. « Face à l’importance de cette crise, une mise au point était nécessaire afin que chacun ait le même niveau d’information, a expliqué Frédéric Périssat, préfet des Landes. À ce jour il n’y a plus d’opposition de principe mais une volonté de travailler en cohérence pour mettre fin à cette épizootie. »

Abattage préventif indispensable

D’abord au sujet des mesures d’éradications qui ont suscité un vif émoi ces derniers jours chez des éleveurs de Chalosse. Les mesures restent les mêmes : éradiquer le virus là où il se trouve et limiter sa propagation en réduisant les populations autour du foyer déclaré, de toutes les volailles sur un rayon de 1 km et des palmipèdes sur un périmètre de 3 km.

« Ce foyer qui s’est déclaré en Chalosse bien au-delà de la zone de sécurité a suscité un vif émoi bien compréhensible chez les éleveurs qui se pensaient en sécurité. Mais nous n’avons pas le choix. Nous nous sommes réexpliqués à ce sujet et ils nous ont compris », précise le préfet.

Premières indemnités la semaine prochaine

Les premières mesures d’indemnisation doivent démarrer dès la semaine prochaine pour les exploitations touchées par le virus et dans les semaines à venir pour les exploitations en zone de dépeuplement. Les exploitants touchés vont recevoir un courrier explicatif à ce sujet. Également, pour pallier l’absence de trésorerie, des dispositifs vont se mettre en place entre établissements bancaires, conseil département et conseil régional pour permettre des avances de trésorerie ou des prêts à taux zéro.

Hélène Quenin