Les élevages d’oies et de canards situés dans la grande zone Sud-Ouest concernée par l’épidémie de grippe aviaire devront geler leur production pendant plusieurs mois afin d’éradiquer la maladie, a annoncé, jeudi 14 janvier, le ministère de l’Agriculture après concertation avec les professionnels.

Il n’y aura « pas d’abattage massif préventif des animaux en cours d’élevage », mais une procédure de vide sanitaire sera mise en place à partir du 18 janvier, indique le communiqué. Les élevages ne pourront donc plus accueillir de nouveaux canetons pendant plusieurs mois, pour permettre « l’assainissement de l’environnement ». Cette mesure, une première en France, n’avait pas été décidée lors de la dernière épidémie de grippe aviaire en 2007-2008, a précisé le ministère à l’AFP.

La décision a été prise lors de la réunion, jeudi matin, du Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV), où étaient présents des représentants de la profession et de la Direction générale de l’alimentation (DGAL).

Concrètement, les canards et oies qui sont déjà dans les élevages pour la production de foie gras pourront être normalement engraissés puis gavés et abattus, un processus qui prend environ 12 à 15 semaines. Mais ensuite, les éleveurs ne pourront plus accueillir de nouveaux canetons et devront geler leur production pour permettre « la mise en place de nettoyages, désinfections et vides sanitaires dans l’ensemble de la zone » concernée, selon le communiqué.

« À partir d’avril, la quasi-totalité des élevages devraient être vides », a précisé à l’AFP le cabinet du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Une fois l’assainissement réalisé, les canards pourront revenir « à partir de fin mai-début juin » ou « fin juin-début juillet », selon un calendrier qui « est en train d’être affiné », a précisé le cabinet. La production de foie gras devrait donc reprendre à « la fin du premier semestre » et permettre d’« assurer, dans de bonnes conditions, la production festive de fin d’année », promet le ministère.

La zone concernée correspond à la « zone de restriction » où les mouvements des animaux sont déjà limités, soit les 8 départements du Sud-Ouest où des foyers de grippe aviaire ont été détectés, plus la Gironde et quelques communes supplémentaires. La délimitation exacte sera précisée lundi par un arrêté.

69 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène ont été découverts depuis la fin novembre dans le Sud-Ouest.

A télécharger :

- le communiqué publié à l’issue du Cnopsav du 14 janvier 2016

- Influenza aviaire : la situation actuelle en France (ministère de l’agriculture)

AFP