Le 21 mars 2016, Henri Emmanuelli, le président du conseil départemental des Landes, a proposé la création d’un « label Landes » en matière de biosécurité qui soit « plus exigeant » que celui préconisé par les pouvoirs publics pour la grippe aviaire.

Face à ce « coup dur », il faut « relever le gant » pour le secteur du canard gras qui est « notre pétrole à nous. En matière de biosécurité, nous serons à l’avant-garde » avec « une labellisation plus exigeante que ce qui est demandé par les pouvoirs publics », a-t-il dit en ouverture de l’examen du budget pour 2016 du département.

Travailler avec le concours des professionnels

Pour ce faire, le département s’engage à travailler avec le concours des professionnels de la filière à « un protocole de biosécurité, un cahier des charges » qui offrirait « une garantie supplémentaire labellisée Landes », a précisé Henri Emmanuelli à des journalistes.

Selon lui, pour conserver un produit de référence et de qualité, « il faut avoir le courage de soutenir des mesures de biosécurité qui ne suscitent pas forcément l’engouement de ceux à qui elles s’imposent. C’est comme ça qu’on y arrivera » et que « peut-être on pourra viser le tiers » de la production nationale à l’avenir.

AFP