« Il s’agit d’une avance remboursable à taux zéro avec différé de remboursement de deux ans, calculée pour couvrir 50 % de la dégradation prévisionnelle de trésorerie entre le 1er janvier et le 30 septembre 2017 », explique le ministère de l’Agriculture dans un communiqué. Ce dispositif intervient en complément des dispositifs de droit commun, en particulier l’activité partielle, les reports et remises gracieuses de charges sociales et fiscales, et le préfinancement du CICE.

Pour y être éligibles, les entreprises doivent réaliser au moins 20 % de leur chiffre d’affaires dans les départements concernés par l’épizootie d’influenza aviaire H5N8 (30 % pour les activités de service).

Un dispositif similaire avait été ouvert en 2016. « Il avait permis de soutenir 69 entreprises, à hauteur de 10,9 M€. Compte tenu des situations plus difficiles rencontrées par les entreprises en 2017 avec deux ans de crises successives, une première enveloppe de 20 M€ a d’ores et déjà été budgétée pour ce dispositif. Elle sera réabondée, si c’est nécessaire, en fonction des demandes », précise le ministère.