Les deux routes nationales menant à la préfecture du Gers étaient fermées, contraignant les véhicules à changer d’itinéraire, a précisé Bison Futé.

Les manifestants, qui entendent poursuivre leur manifestation sur l’ensemble de la journée, répondaient à l’appel de la Coordination rurale du Gers et du collectif « Les Canards en colère ».

Les éleveurs ont été durement touchés par deux épizooties de grippe aviaire cette année et l’an dernier, qui ont entraîné pour certains une suspension de leur activité. Ils se plaignent de ne pas avoir reçu le paiement de l’intégralité des compensations prévues.

« Aujourd’hui, il y a urgence »

« Aujourd’hui, il y a urgence », a expliqué Lionel Candelon, porte-parole du collectif indépendant Les Canards en colère. « Les éleveurs n’ont plus de revenus depuis six mois. On a un tsunami social et économique qui donne lieu à une grande peur qu’un agriculteur se suicide », ajoute-t-il. « 194 jours sans revenus », était-il écrit sur une des banderoles tendues par les manifestants aux alentours d’Auch.

« La colère des éleveurs ne cesse de croître. Alors qu’ils ont réalisé les travaux de mise aux normes qui leur étaient demandés et se sont soumis aux vides sanitaires, ils doivent, en parallèle, toujours faire face aux retards de paiement des indemnités devant compenser les pertes engendrées par les épisodes de grippe aviaire (2016 et 2017), aux retards de paiement du solde des aides Pac de 2016, etc. Cela ne peut plus durer », dit la Coordination rurale dans un communiqué.

Le ministère de l’Agriculture a clarifié les échéances de versement des aides aux éleveurs et aux entreprises de l’aval, dans un communiqué du 9 juin. Certaines sont en cours, les autres devraient arriver à partir de la mi-juin.

Avec l’AFP