Pour le Parti socialiste, le projet de loi Grenelle 2 voté le 11 mai 2010 à l'Assemblée nationale est « un renoncement (...) en particulier pour l'agriculture ». Selon le PS, la France loupe « l'occasion d'agir pour la transition écologique de notre agriculture » et dénonce la « manoeuvre » gagnante des lobbies de l'agrochimie.

Le principal parti d'opposition regrette que le texte Grenelle 2 adopté par le Parlement dans le domaine agricole fasse passer l'intérêt économique lié aux pesticides avant l'environnement et la santé. « Quand un pesticide est jugé dangereux, il doit être retiré du marché, un point c'est tout. Et c'est à la recherche agronomique de proposer aux agriculteurs tous les moyens alternatifs de lutte contre les parasites et les maladies des cultures », estime le PS.

Pour le Parti socialiste, la possibilité donnée aux exploitations labellisées « haute valeur environnementale » de cultiver des OGM est une « contradiction majeure », car « la généralisation des OGM est incompatible avec la haute valeur environnementale ».

Le PS brocarde également un texte « excessivement sévère à l'égard des préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) », moyens de lutte alternatifs « pourtant moins nocifs que certains pesticides » qui peuvent être utilisés « y compris en certification HVE ».

Pour le Parti socialiste, « il est essentiel de faire entrer notre agriculture dans une aire d'écologie productive » en évitant de retomber dans « les vieux réflexes productivistes du gouvernement et la majorité (UMP) ».

La Fnab (Fédération nationale de l'agriculture biologique) constate que « les députés ont cédé bien vite aux pressions des lobbies de l'agrochimie et de la FNSEA dans leur volonté de s'aligner sur le moins disant environnemental » en ce qui concerne l'homologation des produits phytopharmaceutiques, montrant du « mépris » pour « l'environnement, les apiculteurs et tous les paysans bio ».

L'association France Nature Environnement attend le passage d'un texte qui « n'est pas la révolution écologique, mais une étape de plus vers cette révolution » en commission mixte paritaire, en espérant des améliorations d'ici à l'acceptation du texte final, « en juin probablement ». Elle assure de sa vigilance au moment de la publication de la « centaine de décrets (qui) seront nécessaires pour concrétiser la loi Grenelle 2 », et de combattre « les reculades » que les lobbies tenteront à nouveau de faire passer.

Lire également :

Grenelle 2 : l'Assemblée a voté le projet (11 mai 2010)

B.V.