Les prévisions de baisse de production aux États-Unis, en Australie, en Chine et dans l’Union européenne sont partiellement effacées par une hausse de la production en Russie et en Turquie. Cette estimation à la baisse intervient après une campagne record en 2016-2017 qui s’est établie à 754,3 millions de tonnes (Mt).

La baisse de la production américaine de 1,75 Mt, à 47,8 millions, semble toutefois « au-dessus des attentes des analystes », selon Alexandre Boy, analyste en chef du cabinet Agritel, car « il y a de gros problèmes de sécheresse » dans certaines régions du Nord, qui semblent ne pas avoir été pris en compte par le ministère de l’Agriculture américain.

La Russie vers un record de production

La hausse attendue de la production de blé en Russie, de 3 Mt, à 72 millions selon l’USDA, semble, elle, supérieure aux attentes des marchés. Le rapport explique que « les conditions de croissance sont similaires à celles de l’année 2016 quand la Russie avait battu un record de production ». L’Ukraine voit par contre ses prévisions de récoltes revues à la baisse de 1 Mt, à 24 millions.

En Turquie, la production de blé est en hausse de 1,5 Mt, à 19,5 millions, grâce à des conditions favorables.

Récolte en baisse en France et en Espagne

La production de blé de l’Union européenne est attendue en baisse de 0,8 Mt par rapport à la prévision du mois précédent, à 150 millions, avec des récoltes en baisse par rapport aux attentes en Espagne et en France. Celle de l’Australie devrait chuter de 1,5 Mt, à 23,5 millions, en raison de la sécheresse.

Production de maïs en hausse

La production américaine de maïs est, elle, revue nettement à la hausse de 4,8 Mt à 363 millions, grâce à une augmentation des surfaces, pour une production mondiale également en hausse de 5 Mt, à 1,037 milliard.

Hausse aussi pour le soja

Quant à la production mondiale de soja, elle est attendue en hausse de 1,5 Mt, à 346 millions.

Avec l’AFP