Au lendemain des législatives, le président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont remanié, jeudi soir, l'équipe gouvernementale en changeant les attributions de certains ministres – Delphine Batho passe de la Justice à l'Écologie – et en la renforçant de quatre nouveaux membres.

Font ainsi leur entrée, comme ministres délégués : Guillaume Garot (PS) chargé de l'Agroalimentaire, Anne-Marie Escoffier (PRG) à la Décentralisation, Thierry Repentin (PS) à la Formation professionnelle et Hélène Conway (PS) aux Français de l'étranger.

Le premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement se réunit vendredi à 10h00.

Comme dans le gouvernement Ayrault I, la parité est strictement respectée, avec 19 hommes et 19 femmes. Il y a davantage de femmes ministres de plein exercice que dans le précédent gouvernement (11 contre 9), et moins de ministres délégués (8 contre 10).

Deux femmes ministres prennent du galon : Delphine Batho et Sylvia Pinel.

Ministre déléguée auprès de la ministre de la Justice, Mme Batho devient ministre à part entière, chargée de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie.

Sylvia Pinel garde les mêmes attributions (Artisanat, Commerce, Tourisme) mais devient, elle aussi, ministre de plein exercice.

Nicole Bricq, ex-ministre de l'Écologie, désormais remplacée par Mme Batho, demeure ministre de plein exercice mais chargée du Commerce extérieur.

Plusieurs ministres délégués voient le périmètre de leur charge renforcé ou changé. Ainsi, Benoît Hamon, ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire, ajoute à son portefeuille la Consommation.

La ministre déléguée Marie-Arlette Carlotti ajoute aux Personnes handicapées la Lutte contre l'exclusion.

Frédéric Cuvillier, chargé des Transports, est désormais chargé de la Mer et de la Pêche.

Yamina Benguigui garde la francophonie mais perd les Français de l'étranger, dont s'occupera désormais Hélène Conway.