Pour Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa-Cogeca, après que l’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) a confirmé son innocuité, la Commission européenne devrait étendre son autorisation en juin. « Nous demandons donc instamment à l’UE de maintenir ce produit sur le marché », ajoute-t-il.

Le Copa-Cogeca rappelle en effet que le glyphosate est largement utilisé dans tous les États membres de l’UE et que c’est un élément clé de la « boîte à outils » des agriculteurs en raison de sa disponibilité et de son prix. Sans cela, les cultures de céréales ainsi que des vignobles, la production de fruits et d’olive à travers l’Europe seraient gravement menacés, estime l’organisation européenne. « Ce serait inacceptable compte tenu de la crise agricole actuelle et la nécessité de répondre à la demande croissante alimentaire mondiale. » [...] « La lutte chimique avec le glyphosate est également une condition préalable pour certaines pratiques agricoles telles que le semis direct et de travail simplifié, contribuant à moins d’émissions de gaz à effet de serre et l’érosion des sols », ajoute le Copa-Cogeca.