Dans sa réponse publiée jeudi, le gouvernement rappelle les nombreuses évaluations de risques menées depuis 2015 par des organismes internationaux reconnus. Toutes sont arrivées à la conclusion que le glyphosate ne présente pas de risque pour la santé humaine lorsqu’il est utilisé conformément aux prescriptions.

Les premiers résultats de l’étude commandée par le Conseil national montrent que les traces de glyphosate mesurées en Suisse sont très faibles. Il faudrait consommer 71 kg par jour du produit le plus contaminé, les pâtes, pour qu’il y ait des effets secondaires nocifs pour la santé, a-t-on indiqué.