Alors que ces 7 et 8 mars 2016, un comité d’experts représentant les États membres de l’Union européenne doit a priori statuer sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate, un collectif d’ONG a annoncé le 3 mars dernier porter plainte contre Monsanto et l’Efsa pour distorsion d’analyses scientifiques.

Le Groupe de travail européen sur le glyphosate (GTF) déplore vivement les interférences dont fait l’objet le processus réglementaire européen de réévaluation de la substance active glyphosate.

« Les tentatives d’intimidation des représentants des 28 États membres montrent un mépris total pour un processus rigoureux qui a duré 4 ans, impliquant plus de 30 experts issus de tous les États membres de l’Union européenne », estime le GTF dans un communiqué de presse publié le 7 mars 2016.

« La procédure décennale de réapprobation européenne des pesticides est un processus transparent et rigoureux, informe ces derniers. Toutes les données pertinentes disponibles ont été examinées, y compris les études prises en compte par le Centre international de recherche contre le cancer (Circ) dans sa monographie sur le glyphosate. »

« Le processus a encouragé la participation de toutes les parties prenantes, et a fait l’objet d’une consultation publique. Dans le cas du glyphosate, depuis 2012, trois contributions d’ONG ont été acceptées en plus du dossier du demandeur », ajoute enfin les firmes qui commercialisent les préparations phytopharmaceutiques à base de glyphosate en France.