Le groupe de travail européen sur le glyphosate (GTF) n'accepte pas « la récente classification du glyphosate par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) comme cancérogène du groupe 2A », a précisé jeudi la Plateforme Glyphosate France (déclinaison française de ce groupe européen) lors d'une conférence de presse. Le GTF estime que « l'évaluation ayant débouché sur ce résultat démontre de sérieuses lacunes en termes d'approche méthodologique » et demande que le Circ « retire sa décision ».

Pour ce groupe de travail, « l'ensemble des évaluations effectuées par des autorités réglementaires du monde entier, pendant plus de quarante ans, ont confirmé que le glyphosate ne pose aucun risque inacceptable pour les humains, les animaux, ni l'environnement ».

« Aucune évidence de cancérogénécité »

Le GTF appuie son propos en précisant que « le récent rapport de réévaluation, généré dans le cadre du processus actuel de renouvellement de l'approbation du glyphosate par l'UE, a conclu qu'aucune évidence de cancérogénécité n'a été obtenue dans les études prises en compte. »

Pour le groupe de travail, le Circ ne s'est basé que « sur une sélection d'informations disponibles dans le domaine public [...] et a « fait abstraction de la plupart des publications faisant l'objet d'un examen collégial et d'autres informations publiées telles les évaluations, opinions et conclusions émises par les autorités réglementaires compétentes ».