Depuis le début de la crise et des manifestations menées sur tout le territoire par les « Gilets jaunes », les marchés de gros de France subissent « une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux », indique dans un communiqué la FMGF.

Si l’accès aux marchés de gros n’a pas été bloqué samedi dernier, « l’approvisionnement est devenu de plus en plus difficile et dégradé dû à des délais de livraison qui se sont rallongés. Toute la chaîne de l’alimentaire du frais a été largement impactée par ces derniers événements qui ont entraîné outre une baisse du chiffre d’affaires des opérateurs et des producteurs estimée à 30 %, une augmentation du gaspillage alimentaire et des déchets de l’ordre de 20 % », explique la fédération des marchés de gros.

« Pour certains, suivant le secteur d’activité, cette perte ne sera pas compensable les mois prochains et il est urgent que cette situation prenne fin avant que les conséquences ne soient irréversibles pour beaucoup d’entre eux », ajoute la FMGF.