Ils l’avaient annoncé dès le mois d’août : si le nouveau zonage ICHN n’était pas corrigé afin de réintégrer huit communes de leur territoire, bel et bien « défavorisées » au regard des critères biophysiques et économiques en vigueur, ils démissionneraient. Ils ont tenu parole.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
28%

Vous avez parcouru 28% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Ils l’avaient annoncé dès le mois d’août : si le nouveau zonage ICHN n’était pas corrigé afin de réintégrer huit communes de leur territoire, bel et bien « défavorisées » au regard des critères biophysiques et économiques en vigueur, ils démissionneraient. Ils ont tenu parole.

Quatorze élus du Clunisois (1) ont annoncé lundi avoir signé leur lettre de démission, qui devait être remise au préfet à 17 heures.

Espoir déçu

Après avoir interpellé Didier Guillaume lors de sa visite dans la Côte-d’Or, le 7 janvier, les élus avaient suspendu leur démission, initialement prévue le 14 janvier, dans l’attente de la réponse du ministre. Didier Guillaume avait en effet indiqué avoir demandé à ses services d’étudier une retouche des PRA du Mâconnais et du Clunisois.

Un redécoupage de ces PRA, particulièrement hétérogènes (puisque huit communes à dominante élevage sont rattachées à une PRA viticole) aurait en effet permis de réintégrer de plein droit les huit communes exclues, sans bouleverser les critères validés au plan national et notifiés à Bruxelles (2).

« Le 19 janvier, le cabinet du ministre a signifié son refus d’opérer cette modification », indiquent les élus. 29 exploitations d’élevage perdront donc le bénéfice de l’ICHN, constatent les élus, qui déplorent « une décision aussi injuste que dramatique pour le Clunisois et ses éleveurs ».

Bérengère Lafeuille

(1) La maire et deux conseillères municipales de Berzé-le-Châtel, le maire et l’ensemble du conseil municipal de Bray, le maire de Cortambert, une conseillère municipale de Berzé-la-Ville, et le président de la communauté de communes du Clunisois.

(2) Lire aussi l’interview de Jean-Luc Delpeuch, « Je refuse de collaborer avec un système absurde » dans La France Agricole n° 3782 du 18 janvier 2018, p. 13.