Ce mardi, les Deux-Sèvres ont rejoint le mouvement en s’attaquant au nœud autoroutier de l’A83 et de l’A10. « La FNSEA et les JA 79 sont déterminés à se faire entendre par l’État, lancent-ils dans un communiqué commun diffusé ce 13 février. Macron abandonne nos campagnes et organise sciemment la désertification de nos territoires. L’exemple le plus flagrant est la réforme des zones défavorisées. »

Les deux organisations craignent de perdre l’intégralité de la zone défavorisée deux-sévrienne, hormis les communes du Marais poitevin. « Comment peut-on arriver à de telles propositions qui ne tiennent pas compte de la réalité de nos territoires ? s’interrogent-elles. Nous sommes profondément déçus par l’attitude de l’État sur ce dossier, et nous allons lui faire savoir. »

Opération escargot

À Pau, environ une centaine de tracteurs ont été positionnés dans la matinée à trois entrées de la rocade, perturbant fortement la circulation. Une opération escargot avait déjà été organisée la semaine dernière. « Nous réclamons le classement d’une partie de nos territoires de coteaux en zone défavorisée, ce qui n’est pas encore le cas », explique Bernard Layre, le président de la FDSEA des Pyrénées-Atlantiques.

« Le président de la République va beaucoup trop vite. La dernière carte remonte à 1976, on a attendu 40 ans et maintenant nous sommes dans la précipitation », a-t-il insisté. « Nous ceinturons la ville de Pau, demain on recommencera ! Des points de chute sont prévus pour garer les tracteurs. On s’organise, tout est prévu pour durer ! » ajoute-t-il.

16 km de bouchons

Dans le Loiret, en fin de matinée, les actions provoquaient des bouchons cumulés de seize kilomètres sur les autoroutes A10 et A71 dans le secteur d’Orléans ne laissant passer les véhicules qu’au compte-gouttes, sur une file, après avoir distribué des tracts aux automobilistes.

Les agriculteurs, dont le barrage filtrant est en place depuis lundi à la bifurcation des deux autoroutes, sont restés sur les lieux toute la nuit et ont l’intention d’y rester « au moins jusqu’à la réunion prévue mercredi matin au ministère de l’Agriculture », assure Cédric Benoistprécise, le président de la FDSEA.

Bras de fer

Les blocages persistaient aussi mardi à Auch, pour le deuxième jour consécutif, sur les quatre ronds-points principaux de la ville. La circulation était fortement perturbée dans et autour de la préfecture du Gers. Des barrages filtrants ont été finalement levés en milieu de matinée, selon la préfecture. « On s’y relaie jour et nuit », affirme Christian Cardonale, le président de la FDSEA 32.

Demain, l’Aveyron viendra gonfler les rangs des manifestants. La FDSEA et JA annonce la mise en place de trois barrages filtrants : un sur le viaduc du Viaur, un à Rignac, et un à Espalion

.

Avec l’AFP