Selon le député de l’Ille-et-Vilaine, Thierry Benoît (UDI), « l’édition de 2016 de l’indice relatif à l’économie et à la société numériques élaboré par la Commission européenne démontre que la France chute à la 24e place sur 28 pays en matière de connexion par internet. […] Seuls 45 % des ménages français ont actuellement accès au haut débit rapide. »

Couvrir les « zones grises »

Le député est intervenu en séance le 25 janvier 2017, afin d’interroger le gouvernement sur le bilan de la connexion au très haut débit et le réseau de téléphonie mobile. Il a demandé le lancement d’un plan national d’extension des liaisons numériques. Il a également défendu à l’Assemblée nationale des dispositions prévoyant un aménagement numérique du territoire, une obligation de couverture des « zones grises » de téléphonie mobile et un droit au haut débit opposable.

Par rapport à l’indice de 2016 relatif à la transformation numérique d’un pays (DESI) défini par la Commission européenne, la France se situe globalement à la 16e place sur les 28 États membres de l’UE et obtient une note 0,51. Elle appartient à la catégorie des pays accusant un retard (avec la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne et la République slovaque).