Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La pauvreté s’accroît chez les chefs d’entreprise (Insee)

Revenus et patrimoine en 2016
 - La pauvreté s’accroît chez les chefs d’entreprise (Insee)

Un entrepreneur sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, avec moins de 1 000 € par mois en 2013, relève l’Insee. Et les écarts entre les plus riches et les moins aisés se creusent. Les agriculteurs ont davantage le réflexe d’épargner pour faire face aux imprévus.

Un entrepreneur sur cinq (22 %) dispose de moins de 1 000 € par mois en 2013, relève l’Insee (1) dans son édition de 2016 sur « les revenus et le patrimoine des ménages » rendue publique le 28 juin 2016. C’est 2 points de pourcentage de plus qu’en 2008. Cette catégorie des « entrepreneurs » regroupe les agriculteurs exploitants, les artisans et commerçants, ainsi que les chefs d’entreprise (hors professions libérales). En France, 8,6 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté monétaire, soit 14 % de la population en 2013. En cinq ans, depuis 2008, la pauvreté a augmenté de 0,7 point.

Davantage d’inégalités

Au sein des catégories socioprofessionnelles, les inégalités sont les plus fortes chez les indépendants (agriculteurs, artisans, commerçants et chefs d’entreprise) pour lesquels le rapport interdécile (D9/D1) s’élève à 5,9 (contre 3,4 pour l’ensemble). Les 10 % les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 7 980 € par an, et les 10 % les plus aisés un niveau de vie supérieur à 46 880 €. Leur revenu médian est de 19 600 € et le revenu moyen de 25 700 €. Au sein de la catégorie des agriculteurs uniquement, les inégalités se sont accrues entre 1996 et 2010, note en parallèle l’Insee.

Chez les indépendants, les revenus du patrimoine représentent 22 % des ressources, et sont « annulés » par les impôts directs (-26 %). Leurs revenus proviennent à 98 % du travail. Le revenu disponible moyen du ménage d’indépendants est de 47 400 € (à ne pas confondre avec le niveau de vie moyen de 25 700 €).

Épargne en cas de coup dur

12 % des agriculteurs déclarent ne pas épargner, contre 25 % des ménages français en 2015. Chez ceux qui épargnent, 4 sur 10 le font pour se constituer une épargne de précaution en cas d’imprévu, et 3 sur 10 pour préparer leurs vieux jours. Ils sont rares à mettre de l’argent de côté pour les vacances (2,6 %), contre 5,6 % des ménages français. En général les patrimoines des agriculteurs sont supérieurs à celui des autres ménages.

Comprendre la mesure du niveau de vie

Le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du revenu médian de la population française, lequel s’élève à 1 667 € par mois, soit 20 000 € par an en 2013. Le niveau de vie est déterminé en divisant l’ensemble des revenus disponibles dans un foyer (travail, indemnités, allocations, revenus du patrimoine, moins les impôts et taxes) par le nombre d’unités de consommation (UC) qui la composent.

Le premier adulte compte pour 1 UC, les autres personnes de 14 ans ou plus pour 0,5 UC, et les enfants de moins de 14 ans pour 0,3 UC. Ainsi un couple compte pour 1,5 UC et est considéré sous le seuil de pauvreté si son revenu est inférieur à 1 500 €.

Pour un couple, le revenu médian est de 2 500 €. Pour une famille composée d’un couple avec deux enfants de moins de 14 ans, cela correspond à un revenu disponible de 42 000 € par an (soit 3 500 € par mois). Ce montant partage la population en deux, la première moitié se situant au dessous et la seconde au-dessus.

Sophie Bergot

(1) Institut national de la statistique et des études économiques.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Guide de l'installation des jeunes agriculteurs - 6ème édition

35€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

La famine vaincue ?

19€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Manager une entreprise agricole durable

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER