Un nouveau zonage est en discussion pour l’ICHN à partir de 2018. C’était une autre revendication de la Confédération paysanne ce matin. En particulier pour prendre en compte les zones défavorisées simples. « Il est essentiel de récupérer les communes sortantes qui ont besoin de l’ICHN pour la survie de l’élevage dans des zones céréalières ou viticoles comme celle de l’Aude ou la plaine de Caen. Nous ne voulons pas de dilution de l’IHCN, car il y aura un stabilisateur du fait de l’augmentation du nombre de communes, pour donner à ceux qui n’en ont pas besoin », explique Laurent Pinatel. Le syndicat dénonce une gestion administrative « trop théorique et non réaliste » qui contribuera à faire disparaître l’élevage dans ces zones.