Aux États-Unis, tout est bon pour ressusciter les épis

«J’ai vu ça sur #AgTwitter au printemps… J’ai fait comme il faut ? #çanepoussepas »

Au Canada, on s’interroge sur les pratiques en colza…

«Sécheresse ? Dans ma région ? Deux champs de colza, mêmes précipitations. Est-ce qu’on apprend des sécheresses passées ou est-ce qu’on gaspille nos pluies en priant pour qu’il pleuve au printemps ? Quelle histoire doivent raconter les médias ? Nous aurons besoin de pluies pour terminer la campagne ou le rendement ne sera pas au rendez-vous. »

…Et on ensile avec beaucoup d’avance

«#AgTwitter j’ai besoin de conseil pour savoir s’il faut déjà paniquer et appeler l’équipe pour l’ensilage. Avec ces chaleurs j’ai peur qu’il n’y ait pas assez d’humidité dans les plantes. Les plantes ont dramatiquement changé depuis vendredi. »

Au Royaume-Uni, solidarité entre exploitants

«Ma contribution pour aider les éleveurs. S’il vous plaît, suivez mon exemple. Je n’avais pas mis en balles depuis des années, mais on est tous dans le même bateau. »

En Australie, on refuse de baisser les bras

«Ici pas de bétail mourant, pas de don de fourrage, et pas d’aide au transport de foin. Juste un agriculteur qui fait son métier. AIDEZ LES AGRICULTEURS QUI S’AIDENT EUX-MÊMES. Et des aides à cessation pour ceux qui n’y arrivent plus. »

Les exploitants allemands récoltent un mauvais fourrage en avance

«#récolteprécoce en #maïs, afin de limiter les dégâts de la sécheresse. Maïs sans épis à cause de la sécheresse pendant la floraison. La qualité du fourrage est mauvaise, parce que l’amidon manque, mais la poursuite de la #sécheresse aurait rendu la qualité encore pire ».

En Pologne, fonte des betteraves

«#Betteraves sous 34 °C »

Ivan Logvenoff