Militante de la première heure, à la fin des années cinquante, pour libérer les femmes du joug de leur belle-famille et du poids des traditions, Marie-Thérèse Lacombe n’a pas raccroché les gants. Le regard pétillant et l’esprit combatif toujours en éveil, l’ancienne éleveuse de l’Aveyron, épouse du syndicaliste Raymond Lacombe, continue à œuvrer pour la modernisation de la vie rurale et le...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !