« Ce qui se passait jusqu’à présent [lors des négociations commerciales], cela s’appelle du racket. Je veux faire en sorte qu’il y ait du revenu dans les cours de ferme, je veux que 2019 soit l’an 1 de la nouvelle façon d’aborder les négociations commerciales », a fait savoir Didier Guillaume, le 31 janvier 2019, lors de ses vœux à la presse.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
28%

Vous avez parcouru 28% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !