La plateforme « Pour une autre Pac » a publié, le 18 juin 2018, ses douze priorités pour la réforme de la Pac. Elle affirme son désaccord avec les propositions et les orientations de la Commission.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

La plateforme « Pour une autre Pac » a publié, le 18 juin 2018, ses douze priorités pour la réforme de la Pac. Elle affirme son désaccord avec les propositions et les orientations de la Commission.

« Pour une autre Pac » est une plateforme française interorganisations constituant un espace de réflexion pour la réforme de la Pac. Elle regroupe des organisations paysannes, dont la Confédération paysanne, la Fnab et Terre de liens, des organisations protectrices de l’environnement et du bien-être animal, des organisations de solidarité internationale et des organisations de citoyens consommateurs.

12 priorités pour une Pac commune

Selon Quentin Delachapelle, président de « Pour une autre Pac », « ces douze priorités constituent des propositions consensuelles reflétant la diversité et l’interconnexion des enjeux auxquels cette réforme doit répondre ».

Les principaux enjeux identifiés par la plateforme sont de :

  • créer des aides couplées pour les fruits et légumes frais et les légumineuses produits en agroécologie,
  • rendre l’agriculture biologique accessible à tous en attribuant des financements importants pour son maintien et son développement,
  • allouer au moins 40 % du budget du premier pilier aux paiements pour services environnementaux, tout en préservant le budget des aides couplées,
  • mettre en œuvre des dispositifs efficaces de régulation des marchés et de maîtrise des volumes de production,
  • refuser tout nouvel accord de libre-échange,
  • plafonner toutes les aides à l’actif et majorer les premiers hectares ou les premiers animaux,
  • relever l’âge limite pour percevoir l’aide à l’installation et adapter l’accompagnement proposé à chaque projet.

Retrouvez le détail des douze priorités de « Pour une autre Pac » ici.

Seulement des discours

Selon « Pour une autre Pac », la Commission propose « une Pac plus verte et plus juste uniquement dans les discours ». « C’est une vraie réforme qu’il faut pour le bénéfice de tous les citoyens et paysans européens, clame le collectif d’organisations. Les négociations en cours sont une véritable opportunité pour rendre la Pac plus juste, plus durable et plus cohérente. »

Le Conseil des ministres de l’Agriculture de l’UE se réunit le 18 juin à Luxembourg pour le lancement officiel des négociations sur le texte de réforme de la Pac soumis par la Commission. « Nous demandons à Stéphane Travert de saisir cette opportunité importante pour affirmer dès à présent les positions fortes de la France », insiste la plateforme « Pour une autre Pac ».

Marie Salset