« L’abaissement du seuil de déclenchement des assurances climatiques à 20 %, au lieu de 30 %, et l’augmentation de leur taux de prise en charge à 70 %, au lieu de 65 %, avantageront uniquement ceux qui ont les moyens de s’assurer, tout en rognant encore un peu plus, pour tous, les aides Pac du premier pilier », dénonce le syndicat.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
45%

Vous avez parcouru 45% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« L’abaissement du seuil de déclenchement des assurances climatiques à 20 %, au lieu de 30 %, et l’augmentation de leur taux de prise en charge à 70 %, au lieu de 65 %, avantageront uniquement ceux qui ont les moyens de s’assurer, tout en rognant encore un peu plus, pour tous, les aides Pac du premier pilier », dénonce le syndicat.

« Descendre de l’Omnibus et prendre le TGV ! »

La Coordination rurale juge « timide » les aménagements concernant les organisations de producteurs et le droit de la concurrence. Et pour Bernard Lannes, son président, « l’exemption de SIE pour les exploitations de moins de 30 ha ou l’inclusion du miscanthus sont une réformette vraiment pas à la hauteur des attentes de la profession en matière de simplification ! »

« La CR a une plus haute opinion de l’Europe, qui pourrait faire bien davantage pour ses producteurs, insiste Véronique Le Floc’h, sa secrétaire générale. À l’heure où l’on commence, en France, avec les États-généraux de l’alimentation, à prendre en compte les coûts de production, l’Union européenne reste à la traîne et laisse les agriculteurs agoniser ! »