« L’accent doit aussi être mis sur les mesures de gestion des risques du marché, notamment sur le développement des marchés à terme, pour faire face à une volatilité accrue sur les marchés. Les mesures de gestion des risques doivent rester volontaires pour les producteurs et être maintenues dans le deuxième pilier de la Pac », a déclaré Thomas Magnusson, le président du Cogeca et éleveur laitier, lors du conseil informel des ministres européens de l’Agriculture à Tallinn, en Estonie.

Il a également insisté sur la nécessité de conserver les paiements directs dans le premier pilier. Par ailleurs, le Copa-Cogeca s’est opposé à un cofinancement national des paiements directs, craignant une renationalisation de la Pac.

Les coopératives pour aider les agriculteurs

Le président du syndicat des coopératives européennes a mis en avant le rôle de ces dernières dans le soutien aux agriculteurs. Elles « peuvent jouer et jouent un rôle clé dans la gestion des risques pour leurs membres ainsi qu’en les aidant à mieux se positionner dans la chaîne alimentaire, a ajouté Thomas Magnusson face aux ministres. Des études européennes montrent que les coopératives agricoles peuvent aider les agriculteurs à obtenir de meilleurs prix pour leurs produits. »