Qui a peur de la réduction du budget Pac ? Pas la Coordination rurale ! Si certains s’inquiètent des coupes à venir, surtout après la redéfinition des priorités française en matière de budget européen, la CR souhaite de son côté que le Brexit soit l’occasion de « réformer radicalement la Pac dans ses principes et son contenu ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Qui a peur de la réduction du budget Pac ? Pas la Coordination rurale ! Si certains s’inquiètent des coupes à venir, surtout après la redéfinition des priorités française en matière de budget européen, la CR souhaite de son côté que le Brexit soit l’occasion de « réformer radicalement la Pac dans ses principes et son contenu ».

Protection et régulation

« À l’heure du Brexit, certains responsables politiques ou professionnels craignent pour cette politique en abordant le seul aspect budgétaire. Ils devraient pourtant constater que depuis 1992, la Pac se révèle une gabegie financière au regard de ses impacts catastrophiques sur l’agriculture européenne et française, à moins qu’elle n’ait été sans l’avouer un aussi funeste que pharaonique plan social », note le syndicat, dans un communiqué du 11 janvier 2018.

« Les aides de la Pac diminueront. Il est dès lors nécessaire de l’anticiper en adoptant une agriculture qui soit rémunératrice d’elle-même », déclarait la veille Bernard Lannes, président de la CR, lors de ses vœux pour 2018.

Alors plutôt que de « rejoindre les cabris qui réclament “le budget ! le budget !” », le syndicat milite pour « une Pac efficace et économe assurant la souveraineté alimentaire, donc protectrice face aux importations, régulant les prix des produits agricoles sur la base de leur réelle valeur économique, donc rémunérateurs pour les agriculteurs et assumés par les consommateurs ». Un bon moyen d’en alléger le poids financier, selon lui. Aussi de se démarquer de la FNSEA, en l’attaquant de front.

Alain Cardinaux