Selon une étude de l’Insee parue mardi 12 mars 2019, l’augmentation du prix du pétrole a fortement impacté le niveau de vie des Français entre janvier et décembre 2018. Mais les ruraux sont les plus touchés car les effets négatifs de la hausse des prix des produits pétroliers décroissent avec la taille de l’unité urbaine.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Selon une étude de l’Insee parue mardi 12 mars 2019, l’augmentation du prix du pétrole a fortement impacté le niveau de vie des Français entre janvier et décembre 2018. Mais les ruraux sont les plus touchés car les effets négatifs de la hausse des prix des produits pétroliers décroissent avec la taille de l’unité urbaine.

Ils sont plus dépendants de la voiture et se chauffent plus au fioul. La perte de niveau de vie corrigée due à la hausse des prix des produits pétroliers atteint 0,9 % en milieu rural pour les ménages en emploi et 1,0 % pour les retraités. À l’autre extrémité, pour les ménages résidant dans l’agglomération parisienne, la perte se limite à 0,3 %.

Une réforme fiscale défavorable aux retraités

La bascule des cotisations sociales vers la CSG n’est pas en faveur des retraités. En moyenne, elle augmente très légèrement (+0,2 %) le revenu des ménages en emploi mais baisse celui des personnes ayant fini leur carrière professionnelle de 2 %, soit 39 euros par mois. Les ménages retraités sont perdants, quelle que soit la taille de l’unité urbaine.

La perte est plus élevée en milieu rural (–2,3 %) et dans les unités urbaines de moins de 20 000 habitants (–2,1 %) ainsi que dans les métropoles (–1,8 % à Paris par exemple), précise le rapport.

R.H.