« La récente période de prix élevés des produits agricoles de base est très probablement terminée », annoncent l’OCDE et la FAO, à l’occasion de la publication de leur rapport « Perspectives agricoles 2016-2025 ». Dans un communiqué de presse du 4 juillet 2016, les deux organisations précisent que « les prix à la consommation des produits alimentaires devraient être moins volatils que les prix payés aux producteurs ».

Consommation de viande, de sucre, et de produits laitiers en hausse dans les économies émergentes

La FAO et l’OCDE prévoient que les prix se stabilisent surtout pour le blé et le riz à destination de la consommation humaine. « Dans les économies émergentes, la demande de viande s’élèvera sensiblement. » Le communiqué précise que ce phénomène jouera à la hausse sur le prix des céréales secondaire et des tourteaux protéiques. Il indique aussi que, dans ces mêmes régions, « la consommation humaine de sucre et de produits laitiers par habitant devrait augmenter de 15 % et de 20 %, respectivement ».

Le rapport précise que l’amélioration des rendements, dans les dix années à venir, passera à 80 % par l’augmentation de la productivité. Si la tendance dans ce domaine se poursuit, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde passerait « de près de 800 millions aujourd’hui à moins de 650 millions en 2025 ». La FAO et l’OCDE rappellent que ce n’est pas suffisant pour atteindre l’objectif « faim zéro » à l’horizon de 2030. « Il faut faire plus », insistent les deux organisations.