« J’ai l’impression que, pour le grand public, le paysan que je suis est soit le méchant pollueur au glyphosate, soit un bonhomme un peu perdu avec trois chèvres et deux moutons. Moi, j’ai simplement envie de gagner ma vie, de vivre comme tout le monde, et de me faire plaisir en développant mon exploitation, en recherchant tout ce qui peut permettre d’optimiser la main-d’œuvre, le parc matériel, et au final produire de quoi nourrir tout le monde », explique le céréalier Vincent Lahaye, dans le livre « Choisir ses techniques ».

La coopérative « Dire le travail » en partenariat avec les éditions Educagri lance une nouvelle collection baptisée « Dire le travail dans le monde agricole ». Et ce sont des récits passionnants qui sont à découvrir dans les trois premiers ouvrages de 70 pages chacun. Suffisamment vulgarisés pour le quidam, ils s’adressent plus largement à tous ceux qui souhaitent découvrir le métier, mais peuvent également intéresser les agriculteurs soucieux de se comparer ou d’améliorer leurs pratiques, comme leurs revenus.

Sans « commune » mesure

Du robot de traite aux chiens de travail, des GPS, drones et capteurs à la rotation des cultures pour faciliter le travail avec les vers de terre, de la sélection génétique à l’homéopathie, la collection n’oppose pas les pratiques, elle relève leur pluralité : chacun trouvera sa recette aux travers des tests et réussites des agriculteurs interrogés. « Ils l’ont fait en “regardant par-dessus la haie”, en créant des formations, des groupes de travail ou des espaces de coopération entre pairs », précisent les auteurs qui ont conduit les entretiens.

Des parcours « hors norme »

Ces exploitants racontent aussi leur façon de bricoler des outils, parfois très élaborés, pour les faire à leur main, comme l’éleveur, Alexandre Doré qui a conçu son propre tableur pour mieux exploiter les données de son robot de traite. Ils parlent de leur système de valorisation, de communication et de distribution de leurs produits.

Ils évoquent aussi les changements physiques, moraux survenus à la suite de ces adaptations technologiques ou d’organisation. Ils abordent enfin la question de leur revenu, et de leurs doutes face à la réglementation, aux demandes sociétales, ou encore aux aménagements de l’environnement.

Tous ces parcours sont à lire dans les trois premiers tomes de la collection, intitulés :

  • Choisir ses techniques
  • Du champ à l’assiette
  • Entrées dans les métiers

La série est coordonnée par Christine Depigny-Huet et Patrice Bride.

Rosanne Aries