« Un appel général pour la régulation des productions et des marchés agricoles, aujourd’hui soumis aux errements du marché mondial avec les conséquences économiques, sociales et géopolitiques catastrophiques que nous connaissons. » Tel est le sens du manifeste que le syndicat a envoyé à la presse aujourd’hui.

Quelles sont les propositions du syndicat ? Le manifeste en rapporte trois :

  • « Instituer une exception agriculturelle en soustrayant l’agriculture, […] aux règles destructrices de l’Organisation mondiale du commerce et plus généralement des accords de libre-échange ;
  • Protéger le marché agricole européen par des barrières douanières adaptées pour stabiliser les prix sur la base de leur réelle valeur économique, et non des cours mondiaux […] ;
  • Instaurer de réels outils de régulation des productions agricoles pour dimensionner la production européenne (conventionnelle, labellisée, bio) en fonction de débouchés stables […]. »

La CR annonce qu’elle soumettra son manifeste à la signature de chacun des futurs candidats à l’élection présidentielle. Elle incite aussi les acteurs économiques, responsables politiques, entreprises, associations, ONG, et citoyens à le soutenir et le relayer.

« La dérégulation [...], une vision à court terme »

« Économiquement, la dérégulation des productions ne profite ni aux agriculteurs ni aux consommateurs, seulement à une vision de court terme des grandes agro-industries et des enseignes de la grande et moyenne distribution, explique Bernard Lannes, le président de la CR, cité dans le communiqué de presse diffusé le syndicat. Les dégâts sur les campagnes sont terribles sur tous les aspects : économiques, sociaux, environnementaux, culturels… Il n’est pas encore trop tard pour changer de cap ! »