Le ministère de la Transition écologique et solidaire a présenté hier, le mercredi 27 septembre 2017, un budget en hausse de 3,9 % en 2018. La mise en œuvre du plan climat y occupe une place prépondérante. Du côté des dépenses, le soutien aux énergies renouvelables sera porté à 5,5 milliards d’euros en 2018, 6,2 milliards en 2019 et 6,5 milliards en 2020, s’inscrivant dans l’objectif de la loi portant sur la transition énergétique d’atteindre 32 % de la consommation d’énergie en 2030.

Du côté des recettes, l’État mise sur la fiscalité verte : une augmentation du prix du carbone (le prix de la tonne de CO2, qui sert de base aux calculs des taxes intérieures de consommation ou TIC, passera ainsi de 30,50 € en 2017 à 44,6 € en 2018) et un rapprochement – équivalent à un nivellement par le haut – de la fiscalité du diesel et de l’essence qui entraînera en 2018 une hausse des prix à la pompe de 3,9 centimes par litre pour l’essence et 7,6 centimes pour le diesel.

Moins d’argent pour les agences de l’eau

Concernant le volet sur la biodiversité, l’État annonce une « attention particulière aux sites labellisés Natura 2000 » qui disposeront d’un budget additionnel de 2 M€, lesquels permettent de débloquer des crédits européens (en particulier sur le second pilier de la Pac, incluant les MAEC) avec un effet de levier important. Deux millions d’euros supplémentaires sont aussi affectés aux politiques marines et littorales de protection de la biodiversité, mais l’agriculture semble peu concernée.

Dans le même temps, le budget présenté confirme les ponctions annoncées sur le budget des agences de l’eau, qui se voient contraintes de financer l’Office national de la chasse et la faune sauvage à hauteur de 37 M€, l’Agence française de la biodiversité à hauteur de 195 M€ et les parcs nationaux à hauteur de 65 M€. Cette mise à contribution des agences de l’eau permettrait une économie de 136,2 M€ sur le budget de l’État. En revanche, cela représente autant d’argent en moins pour financer des programmes agricoles (MAEC, bio…) sur les périmètres d’intervention des agences de l’eau…

Bérengère Lafeuille