« Nous avons besoin d’une Pac forte et compétitive, reposant sur des règles communes et simples dans toute l’Union européenne », déclare Joachim Rukwied, le président du Copa, en réaction à l’annonce par la Commission européenne , le 29 novembre 2017, des grandes orientations de la future Pac. « Nous saluons le fait que la Commission veuille simplifier les règles de la Pac mais nous craignons que le nouveau modèle de résultats présenté dans cette communication ne débouche pas sur une véritable simplification. »

« Il est également primordial de conserver les deux piliers de la Pac et de maintenir les paiements directs dans le premier pilier à leur niveau actuel, sans cofinancement. Nous sommes opposés à tout plafonnement des aides et à la dégressivité des paiements comme proposés par la Commission », ajoute le président du Copa. L’organisation estime que « les mesures de gestion des risques doivent rester volontaires pour les producteurs et être maintenues dans le deuxième pilier. »

Des informations supplémentaires sur le fonctionnement

Quant à la Cogeca, elle rappelle l’importance des mesures environnementales dans la Pac pour améliorer la durabilité et la biodiversité. Thomas Magnusson, son président, salue « la volonté de la Commission d’harmoniser les mesures » mais formule des inquiétudes quant à la proposition d’approche par les résultats.

Il souligne la « nécessité d’apporter des informations complémentaires sur la mise en œuvre de ce nouveau modèle. Nous devons également poursuivre les mesures de la Pac visant à encourager les agriculteurs à devenir membres de coopératives. »

Marie Salset