Lors d’une conférence presse, organisée le 5 décembre 2018 à Bruxelles, le commissaire européen à l’Agriculture, Phil Hogan, a insisté sur la nécessité de mettre en place un nouveau modèle pour la Pac afin de garder une politique commune qui soit plus souple pour les États membres.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Lors d’une conférence presse, organisée le 5 décembre 2018 à Bruxelles, le commissaire européen à l’Agriculture, Phil Hogan, a insisté sur la nécessité de mettre en place un nouveau modèle pour la Pac afin de garder une politique commune qui soit plus souple pour les États membres.

« Pour simplifier la Pac, il faut aller d’un système qui a des règles strictes, vers un système basé sur l’évaluation des résultats, a-t-il expliqué à nouveau. Garder des objectifs communs doit nous permettre d’éviter les distorsions de concurrence. »

« Il faudra que la répartition des paiements soit juste, j’ai donc fait des propositions pour les petites et moyennes exploitations », a-t-il ajouté. Il a également à plusieurs reprises insisté sur la nécessité de soutenir les jeunes agriculteurs et le renouvellement des générations.

Examen au Parlement en février 2019

« Pour les délais, la balle est dans le camp du Conseil et du Parlement européen », a répondu le commissaire à un journaliste le questionnant sur les délais de mise en œuvre de la réforme.

Les députés européens avaient jusqu’au 3 décembre pour déposer leurs propositions sous forme d’amendements à la proposition de la Commission européenne. La rapporteure pour le règlement sur la Pac du Parlement européen, Esther Herranz Garcia, estime que les propositions de la commission de l’agriculture du Parlement « seront présentées à la fin du mois de janvier 2019 et les débats auront lieu au mois de février ». Selon elle, si ce calendrier de travail est respecté, les propositions du Parlement seront peut-être votées en commission de l’agriculture au mois de mars 2019.

Marie Salset