Qui finance les projets de la filière biologique ? Plusieurs acteurs sont intervenus lors des Assises nationales de la bio, organisées par l’Agence Bio, le 14 novembre 2016 à Paris. Certains, comme la Banque de France pour les TPE, le Crédit Coopératif, ou encore la banque « éthique » Triodos, s’adressent davantage aux gros projets.

Une offre adaptée

D’autres acteurs semblent plus près des producteurs. Le Crédit agricole a développé une offre spéciale pour les bios : un étalement des annuités tenant compte des baisses de rendements, des prêts court terme pour financer les stocks ou les attentes de subvention (souvent des subventions régionales pour des investissements), des services et des conseils pour les circuits courts.

Même état d’esprit attentif au Crédit Mutuel, a assuré Sébastien Prin, directeur général de la Fédération du Crédit Mutuel. La banque qui compte 8 000 clients agriculteurs bios et accompagne 500 conversions par an, connaît les besoins spécifiques des producteurs bios (besoins en fonds de roulement, vente directe, etc).

Pour garantir les prêts, les fonds de garanties Siagi et Bpifrance peuvent toujours être sollicités pour les projets d’acquisition, investissement et le financement des besoins fonds de roulement. Enfin, la Nef, coopérative financière de crédit, se présente comme une « banque éthique et alternative ». Elle relie les épargnants et les porteurs de projets. Depuis sa création il y a 30 ans, elle a financé quelque 1 000 agriculteurs bios, pour des prêts de 5 000 € à 3 M€.

Retrouvez la table-ronde sur les financeurs de la bio sur la vidéo des 9e Assises, à 5 h 32 sur https ://www.youtube.com/watch?v=24FQjIdH7Yg

Sophie Bergot