« Il y a de grandes difficultés pour les ONG à nous faire entendre sur les modèles alternatifs », annonce Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH) lors d’une conférence de presse le 10 octobre 2017 sur les États-généraux de l’alimentation (EGA). À la veille des déclarations d’Emmanuel Macron sur la première phase des EGA, les cinquante organisations...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !