La réunion conclusive doit avoir lieu demain, le 28 juin 2018, selon la FNSEA. « Ces derniers mois, la baisse considérable des tarifs et la complexité des dispositifs ont exclu les agriculteurs des appels d’offres de rachat d’électricité, estime-t-elle dans son communiqué. Le groupe de travail n’a jusqu’à présent pas tenu compte de cette impasse. »

« Lutter contre l’artificialisation des terres »

Le syndicat affirme que 13 % du parc photovoltaïque est agricole, et est réparti sur plus de 10 000 bâtiments, « ce qui permet de lutter efficacement contre l’artificialisation des terres. En plus de répondre à des objectifs environnementaux, la production de cette énergie décarbonée représente un enjeu économique pour les agriculteurs en leur assurant un complément de revenu. »

Pour la FNSEA, la filière agricole répond aussi à « des enjeux de développement, d’aménagement et de solidarité à l’échelle des territoires. Ne pas prendre en compte l’ensemble des externalités positives induites par les projets agricoles en instaurant un tarif adapté, c’est exclure les agriculteurs […] et à nouveau paver la voie aux investissements à visée spéculative et au parc au sol. »