« Biarritz a besoin d’une incarnation et d’une impulsion », a déclaré Didier Guillaume, 60 ans, en lançant sa campagne au Jaï alaï (salle de pelote basque) de la ville, entouré d’une centaine de soutiens. Il a dit vouloir mettre « les relations européennes et internationales » tissées à son ministère au service de Biarritz, « seule non-capitale à être connue dans le monde entier ».

> À lire aussi : Élections municipales, Didier Guillaume en partance pour Biarritz ? (08/01/2020)

Duel gouvernemental

Ancien sénateur de la Drôme et président de ce département, Didier Guillaume sera opposé à la liste du maire sortant Michel Veunac, 73 ans. Sur la liste de cet élu du Modem figure Jean-Baptiste Lemoyne, 42 ans, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, ancien sénateur de l’Yonne pour LR, aujourd’hui membre de LREM.

Biarritz, cité balnéaire de standing de la Côte basque aux 25 000 habitants, est ancrée au centre-droit, votant RPR, UMP puis LR aux scrutins nationaux. Le maire centriste sortant assure avoir reçu « beaucoup d’encouragements » d’Emmanuel Macron. Didier Guillaume a estimé que « LREM a fait le choix de la neutralité dans cette ville, ça me va très bien ».

AFP