Terrena, Terrena Poitou et la CAM annoncent qu’elles vont s’engager dans un processus de fusion pour « accélérer le développement de la valeur ajoutée pour les adhérents ». Si ce projet est voté par les adhérents, les trois entités fusionneront sous le nom de la coopérative Terrana.

Dans un communiqué de presse du 22 juin 2017, ils ajoutent que « ce projet fédérateur s’inscrit dans la logique des adhésions de Terrena Poitou en 2004 et de la CAM en 2015 auprès de la coopérative Terrena, en constituant au sein de cette dernière des sections autonomes ».

Vote en décembre

Le projet de fusion va être présenté aux adhérents lors des assemblées de section en novembre prochain et sera soumis au vote lors d’assemblées générales extraordinaires en décembre 2017. Il prévoit « une refonte de l’organisation politique et opérationnelle en cinq territoires, pilotés par un conseil de développement territorial » avec l’objectif de donner « plus de poids aux territoires et aux projets de développements de filières ».

« Terrena n’a pas pour vocation à imposer un modèle unique »

Pour, Ivan Leclerc, le président de la CAM, cette fusion permettra de « renforcer la proximité et nos liens avec nos adhérents, apporter un service toujours plus performant et surtout créer la valeur ajoutée qui nous manque sur nos exploitations ».

Philippe Villain, qui préside Terrana Poitou, explique que « d’une activité uniquement céréalière, nous allons pouvoir mener une approche plus globale et transversale sur l’ensemble des activités du groupe ». « Terrena n’a pas pour vocation à imposer un modèle unique à ses adhérents, mais à s’adapter aux différentes filières, aux différents modèles durables d’exploitations et reconnaîitre la diversité des objectifs des adhérents », ajoute Hubert Garaud, le président de Terrena.