Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Bruxelles attend votre avis sur la future Pac

© EU

La Commission européenne veut moderniser et simplifier la Pac après 2020, afin de mieux répondre aux enjeux sociaux, politiques, environnementaux et économiques actuels.

Aujourd’hui, le 2 février 2017, la Commission européenne a lancé la première étape de la modernisation et de la simplification de la Pac post-2020, en ouvrant une consultation publique de trois mois – 12 semaines. Les contributions reçues viendront étayer les travaux de la Commission visant à définir les priorités pour l’avenir dans le domaine agricole.

La Commission ambitionne de moderniser et simplifier la Pac afin de se donner les moyens de relever les nouveaux défis de l’agriculture et des zones rurales, tout en contribuant à la réalisation des priorités d’action de la Commission (notamment en matière de croissance et d’emploi), au développement durable et à un budget axé sur les résultats, la rationalisation et la subsidiarité.

Moderniser et simplifier

« En lançant cette consultation publique, nous demandons à toutes les parties prenantes et à tous ceux qui s’intéressent à l’avenir de l’alimentation et de l’agriculture européennes de participer à l’élaboration d’une politique pour tous les citoyens d’Europe. Cette consultation publique influera directement sur la feuille de route de la future Pac annoncée par le président Juncker en décembre », a déclaré Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture lors de l’annonce du processus de consultation, ce midi.

« La Pac produit déjà d’importants bénéfices pour les citoyens européens, qu’il s’agisse de sécurité alimentaire, de la vitalité des zones rurales, de l’environnement rural ou de la contribution à la lutte contre le changement climatique, a-t-il souligné. En traçant une feuille de route pour l’avenir, je suis convaincu que nous pourrons bénéficier encore davantage de cette politique. Mais pour cela nous devons l’affiner, la redynamiser et, bien entendu, la financer comme il se doit. »

Résultats en juillet

Les résultats de la consultation publique seront publiés en ligne et présentés par le commissaire Hogan lors d’une conférence à Bruxelles en juillet 2017. Ils serviront de base à la Commission pour élaborer une communication (document court, d’une quinzaine de pages), prévue avant la fin de 2017, qui fera le bilan du fonctionnement actuel de la Pac et présentera quelques options politiques possibles en vue de la réforme.

Arielle Delest
Les réactions

« C’est une étape importante dans la préparation de la prochaine Pac : fournir une alimentation de qualité et en quantité suffisante à 500 millions d’Européens reste la première vocation de cette politique », estiment Michel Dantin et Angélique Delahaye, députés européens PPE (Les Républicains).

Les deux élus invitent les agriculteurs à se mobiliser, même si la prochaine Pac n’intervient vraisemblablement pas avant 2023. Et à répondre « sans tabou » : voulons-nous une Pac économique ou seulement sociale ? Pour lutter contre la volatilité des prix, voulons-nous une structuration accrue des filières ? La Pac doit-elle proposer des outils de gestions de risque ? Comment faire prévaloir la Pac sur le droit de la concurrence ?

Le Copa-Cogeca a également salué l’ouverture de cette consultation. « Pour nous, un des éléments clés de la future Pac est la simplification des règles actuelles, de nombreux agriculteurs trouvant que le pire dans leur métier aujourd’hui est la paperasse, détaille Pekka Pesonen, le secrétaire général du Copa-Cogeca. C’est particulièrement important dans le cas du verdissement. »

L’organisation appelle aussi de ses vœux une Pac qui protège contre la volatilité des marchés. Nous voulons aussi mettre davantage l’accent sur les mesures pour mieux aider les agriculteurs à gérer les risques et développer de nouveaux marchés. Nous croyons aussi qu’il est important de garder la structure actuelle de la Pac avec un premier et un deuxième pilier centré sur le développement rural. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 2 commentaires
J CHARLES MONNIER

Tous ces vœux pieux sont formidables !
Mais le premier devoir de la Pac est d’être versée l' Année de sa déclaration en Automne ,comme au début de sa création , et non aux" Calandres Grecs "! !

Dominique

Il faut revenir au système de 1992 en tenant compte de l'érosion monétaire. De plus les aides doivent appartenir au propriétaire du foncier (qui devra obligatoirement les reverser au fermier en place) et non au locataire.

En direct
Afficher toutes les actualités